actualités: 4e de couverture de Bertolt Brecht, Journal de Berlin, L’Arche

Les décombres m’impressionnent moins que la pensée de tout ce que les gens ont dû faire pour contribuer à la destruction de la ville. Un ouvrier m’indique la direction. « Combien de temps faudra-t-il pour que tout ça reprenne forme? » – « Il tombera encore quelques cheveux gris d’ici là.Si nous avions des financiers, ça irait plus vite, mais nous n’avons plus de financiers du tout. Enfin, bonne matinée. »
Moi, les ruines me paraissent au moins signaler l’ancienne présence de ces financiers.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :